Ce forum est fermé, merci à tous pour cette incroyable aventure ♥️

Partagez | .
 

 Kazuya •• on n'est pas à une bêtise près

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


citoyen
avatar


En savoir plus...
Âge: 16 ans.
Malédiction: C'est quoi ça ?
Profession: Lycéen !

MessageSujet: Kazuya •• on n'est pas à une bêtise près   Mer 17 Sep - 1:12




Kimura Noah Kazuya
« Personne ne peut manipuler personne. Dans une relation, les deux partenaires savent ce qu'ils font, même si plus tard l'un d'eux vient à se plaindre d'avoir été utilisé. » Paulo Coelho



who i am

Bonjour! Je m'appelle Kazuya Noah Kimura mais mes amis me surnomment le diable en personne. Non, je rigole. Ma sœur me surnomme Kazu-chan. Comme elle, je suis né le 26/11/1998, et de ce fait j'ai donc 16 ans. Côté cœur, je suis libre comme l'air, les relations c'est trop chiant, sachant que mon orientation sexuelle est à priori hétéro. J'appartiens au groupe citoyens, je suis normal, moi. Je suis manipulateur professionnel, lycéen le reste du temps. Je suis une personne intelligente, exclusive, autoritaire, manipulatrice; mais aussi curieuse, patiente, amicale, attentionnée.


this my story

La méchanceté ne s'explique pas toujours. Pourquoi vouloir chercher des solutions scientifiques, claires et précises ? Kazuya n'en avait pas. Il avait grandi dans une famille normale et n'avait subi aucun traumatisme. Ses copains de récré ne l'avait jamais brutalisé et sa maman ne l'avait jamais oublié entre deux rayons du supermarché. Si on tenait vraiment à expliquer son côté malsain, on pourrait creuser du côté de sa confiance en lui ou de son lien étroit avec sa jumelle, mais cela ne suffirait pas à comprendre pourquoi Kazuya appréciait tellement rabaisser "les faibles".

Faible, il ne l'avait jamais été. Il manquait certes de confiance en lui, mais il avait le cran de ne pas le montrer et il ne comprenait pas que tout le monde ne fasse pas cet effort. Avoir l'air faible, c'était... humiliant. C'était se rabaisser soi-même. Peut-être avait-il une fierté trop exacerbée, mais Kazuya ne comprenait pas que l'on puisse se montrer sous un jour défavorable. Lui, il faisait tout pour qu'on le voit comme quelqu'un d'agréable.

Alors forcément, de temps en temps, il y avait des ratés.

Brillant élève, parfait fiston à la maison, camarade agréable avec sa classe, Kazuya avait tout de l'enfant parfait, et ce dès son plus jeune âge. Il avait un Q.I. légèrement supérieur à la moyenne, ce qui expliquait qu'il ne soit pas toujours très attentif en classe : il s'ennuyait. Ses parents l'encouragèrent très vite à faire du sport pour se changer les idées, et comme Kazuya s'avérait tout aussi brillant dans ce domaine-là, ils n'en étaient que plus ravis. Leur fils était parfait.

C'était beaucoup de pression, pour un enfant. Kazuya ne semble pas s'en être rendu compte. Et peut-être n'est-ce pas lié à son caractère. Il n'empêche que c'est à peu près à cet âge-là qu'il commença à maltraiter certains de ses camarades. Au début, ce n'était que pour rire, et parce que les surprendre ou les faire pleurer le faisait rigoler ; ils avaient l'air tellement bêtes ! Pas comme lui, évidemment. Mais comme pousser les copains et voler les goûters dans la cour de récré avait ses limites, Kazuya se mit à chercher d'autres moyens d'embêter ses souffre-douleurs. Il voulait provoquer autre chose. La violence à l'état pur, ce n'était que pour les brutes, lui, il valait bien mieux que ça ! Et son brillant cerveau se mit à fonctionner à toute allure.

Enfin il ne s'ennuierait plus.

Kazuya observa d'abord, beaucoup. Les attitudes de ses camarades, ce qu'ils disaient et surtout, ce qu'ils ne disaient pas. Leurs relations, les gens qu'ils aimaient, ceux qu'il détestait. Il était facile, alors, de trouver comment nuire à chacun. Il aurait pu tous les torturer, s'il l'avait voulu. Mais il avait besoin d'amis et il savait, au fond de lui, que ce n'était pas très bien. Alors il ne s'en prenait qu'à ceux qui le méritaient : les faibles. De toute manière, s'ils n'avaient pas le cran de se montrer plus forts, c'était qu'ils le voulaient au fond. Non ? Ça devait leur plaire, de se sentir plus bas que terre.

Encouragé par le sentiment de mépris, presque du dégoût, qu'il ressentait pour ces enfants plus faibles que lui, Kazuya devint un vrai petit tortionnaire en culottes courtes. Il n'était pas seul, rassurez-vous : tout d'abord, il y avait sa sœur, Kane. Les faux jumeaux entretenaient une relation fusionnelle et étaient semblables sur bien des points. Par exemple, leur sens de l'humour.

– Et si on lui mettait de la nourriture pour rats dans son casier ?
– Kazu-chan, tu es un génie.


Ça ne l'encourageait pas à arrêter, bien au contraire. Kazuya (Kazu-chan pour sa sœur) adorait se sentir adulé, surtout par sa frangine. Il la respectait aussi énormément pour ses initiatives machiavéliques et son sens de la répartie. Ils montaient des tas de coups fourrés ensemble, dès leur plus jeune âge, même si au fil du temps Kazuya aimait bien avoir sa petite indépendance. C'est que Kane était un peu moins extrême que lui et faisait parfois part de ses questions, ou pire, de ses remords. Non mais. Ses remords ! N'importe quoi !

– C'était pas très gentil de l'humilier devant tout le monde, non ?
– Pff... t'es vraiment une fille, Kane-chan.


N'empêche que le jour où sa victime préféré lui cassa le nez, c'est vers elle que Kazuya alla chouiner.

– Il m'a pété le nez, l'enflure ! Je vais le-
– T'inquiète pas, on voit presque rien...
– MAIS IL M'A PÉTÉ LE NEZ !
– Fais pas ta chochotte.
– BORDEL KANE DE QUEL COTÉ TU ES ?
– Du tien. Arrête des chialer et tiens-toi tranquille, pour une fois dans ta vie.


Et pour une fois dans sa vie, Kazuya n'eut rien à rétorquer. Mais nous reviendrons sur les conséquences de cet épisode plus tard. Parlons d'abord de la personne qui l'avait amené à se montrer plus cruel qu'il ne l'avait jamais été : Seiichi Sôma. À la base, Kazuya n'avait rien de personnel contre lui. C'était juste un gamin un peu discret de son école primaire, Kane et lui l'avaient embêté quelques fois pour rigoler, et parce que Kazuya détestait l'idée de voir d'autres jumeaux dans l'école. Mais ça n'avait pas été bien loin, le frangin de l'autre – Jinx de son prénom – intervenant à chaque fois pour les arrêter. Parce que sa moitié était incapable de se défendre tout seul, pff. Enfin bref. Un jour que Kane et lui discutaient encore tranquillement dans leur salle de classe vide pendant que tous les élèves se bousculaient dans les couloirs, il se passa quelque chose de tout à fait extraordinaire. Seiichi Sôma disparut et à sa place, il y avait un rat. Un petit rat au pelage de la même couleur que ses cheveux. Kazuya n'était pas stupide, son Q.I. fit son travail et il comprit qu'il y avait là quelque chose à découvrir. Quelque chose d'énorme. Quelque chose qu'on lui avait caché depuis longtemps.

Kazuya détestait ne pas savoir quelque chose.

Il envoya Kane, qui était plus diplomate que lui, se renseigner sur Seiichi pour connaître en détail sa classe, son emploi du temps et ses fréquentations. Ce n'était pas bien difficile, il n'avait pas des masses d'amis. Et ça n'allait pas s'arranger (pensait Kazuya en riant intérieurement). Le lendemain, tous les gamins de l'école étaient au courant de l'existence du "monstre". Kazuya était extrêmement fier de lui. Il considérait que c'était son meilleur coup. Sa meilleure blague. Son chef d’œuvre. Alors vous pensez bien qu'il n'allait pas le lâcher aussi vite.

– Hé, Seiichi-kun ! Il paraît que ta mère était un rat.
– C'est craignos.
– Carrément ! Est-ce que ça fait de toi un rat-garou ?
– Pff, la honte.
– Ouais, hein ?
– Je me demande si son frère est pas pareil.
– ... Kane-chan, tu es un génie. Alors ton frère est un monstre aussi ? Il se transforme en quoi, en belette ?
– Pff-haha, arrête Kazu-chan, t'abuses !
– Arrêtes de rire, je crois qu'il va pleurer. Eh, Seiichi-kun, tu pleures ?


C'était comme ça tous les jours, ou presque. Kazuya se moquait ouvertement de Seiichi, seul ou accompagné de sa sœur ou des autres gamins crédules qu'il ralliait à sa cause. Le pire, c'est qu'il ne se contentait pas de torturer – plus verbalement que physiquement – le pauvre Sôma, non. Il alternait ses phases d'humiliation extrême avec d'autres, déroutantes de gentillesse.

– Hé, Seiichi-kun ! Pleures pas ! C'est débile, on disait ça pour rire.
– Ouais, euh... hum.


Bizarrement, c'était la seule chose dans laquelle Kane ne le suivait pas. Elle s'en allait toujours quand Kazuya prenait cet air compatissant et faussement sincère, mal à l'aise. Kazuya l'ignorait. Il aimait trop reconstruire petit à petit les espoirs de Seiichi pour les démolir d'un coup sec l'instant d'après.

– Arrêtes de pleurer... T'es vraiment un gros bébé. Comment tu veux que j'arrête de t'embêter, tu me fais encore plus pitié quand tu réagis comme ça, ah ah ah !

Il lui donnait une petite tape sur l'épaule et il s'en allait en ricanant. Quand des adultes se montraient méfiants, il passait pour le meilleur copain trop sympa et trop compréhensif qui "le suivait pour le défendre des méchants". Il lui arrivait même d'envoyer d'autres gamins traumatiser Seiichi, pour débarquer en mode sauveur et le perturber encore davantage. Tout cela le faisait beaucoup rire. Tout cela le rendait heureux. Son humeur et ses résultats scolaires n'avaient jamais été aussi bons que lorsqu'il faisait souffrir Seiichi.

Ne pas avoir sa dose quotidienne d'insultes et de moqueries lui manquait. Il devenait carrément dépendant ; dépendant de cette saleté de petit monstre. Kazuya disait ça devant les autres, mais au fond ça ne le dérangeait pas tant que ça, que Seiichi se transforme en rat. Il était surtout intrigué et mourrait d'envie d'en savoir plus. Mais le gamin-rat ne voulait rien lui dire, évidemment. Peut-être qu'en lui faisant vraiment, vraiment peur, il cèderait ?

L'idée venait de Kane, indirectement. Un jour au collège, alors que ça faisait un peu plus de deux ans que leur manège durait, elle lui fit remarquer que Seiichi était vraiment bête de n'en avoir jamais parlé à ses proches.

– Il est encore plus faible que je le pensais. S'il avait un peu de cran, il oserait le dire à son frère.
– Ouais, je suis sûre que Jinx ferait quelque chose, s'il savait.
– ...
– Pourquoi tu fais cette tête-là ? T'as pas peur de Jinx, quand même ?
– Kane-chan, je t'ai déjà dit que tu étais géniale ?
– Tout le temps ! ... qu'est-ce que j'ai dit ?


Jinx, c'était ça la solution. Kazuya ne s'en prenait jamais directement à l'aîné des jumeaux, qui ne se laissait pas faire. D'abord parce qu'il n'avait pas envie de s'attirer des ennuis, ensuite parce qu'il respectait son attitude. Il avait du cran, pas comme l'autre erreur de la nature. Ça ne l'empêchait pas de le détester, lui et la relation qu'il avait avec son frère, mais jusque là il ne l'avait jamais attaqué de front, se contentant de l'enquiquiner discrètement, par exemple en appelant son frère "Seiichi-chan" et en se collant à lui quand son jumeau était dans les parages. Rien de bien méchant. Mais peut-être pouvait-il se servir de leur lien pour obtenir ce qu'il voulait ? Après tout, il était bien placé pour savoir comment il réagirait à sa place... Il menaça Seiichi de s'en prendre à Jinx.
Et se prit la raclée de sa vie. Comme quoi, y'a quand même une justice.

Après ça, Kazuya, Kane et les gamins qui les avaient aidés furent suspends de l'école quelques jours. Seiichi quitta l'établissement jusqu'à la fin de l'année scolaire. Kazuya faisait moins le malin, même si ses parents ne croyaient pas la direction, qui accusait leur fils merveilleusement parfait (Kane ricana). Il était plus difficile de marcher dans les couloirs quand tout le monde savait qu'on s'était fait péter le nez par sa victime. Sans compter que cette dernière n'était plus là pour illuminer son quotidien.
Après une phase de haine intense et profonde à l'égard de celui qui avait osé le frapper – Kazuya lui ne l'avait jamais fait ! – il se calma un peu et prit du recul par rapport à la situation. Il se mit intensément au yoga pour canaliser ses émotions négatives. Ça lui évitait de s'en prendre à d'autres camarades, il devait se tenir à carreaux jusqu'à la fin de l'année, les profs l'avaient à l’œil. Kazuya suivit plus intensément ses cours de sport et, même si ses notes chutèrent étrangement après la disparition de Seiichi, il termina le collège avec de bons résultats, et cette idée étrange : le gamin-rat lui manquait. Gravement.

Lorsque Kane et lui entrèrent au lycée, ils s'inscrivirent chacun dans un club différent. Kane faisait de la musique et Kazuya du théâtre. Ils étaient toujours aussi proches mais depuis l'incident, Kazuya sentait que sa soeur devenait plus indépendante, prenait ses propres décisions et émettait ses avis propres, et cela ne lui plaisait pas. Il la laissait s'éloigner et vivre sa vie en apparence mais gardait un œil sur elle, quitte à soudoyer des informations à ceux qui la côtoyaient de près pour savoir qui elle fréquentait.

Réduit à stalker sa propre sœur jumelle. Il y avait décidément un truc qui lui manquait.

~♥️~♥️~♥️~♥️~♥️~♥️~

Oh, Kazuya n'est pas bien impressionnant. On ne dirait pas, comme ça, hum ? C'est un adolescent de seize ans des plus banals, si on excepte ses origines eurasiennes. Son père est japonais, il en a hérité le patronyme et le physique mince et délicat (scheiße) ainsi que les yeux en amandes. Sa maman est allemande, il en a gardé un deuxième prénom et des cheveux cendrés. D'où le scheiße. Kazuya n'est pas vraiment polyglotte, il ne connaît que des insultes dans la langue de Goethe.

Passons au reste de son physique, le plus banal : un visage fin, des traits masculins quoique délicats, là encore, de quoi l'enquiquiner un max. Il s'est mis au sport pour devenir plus fort, alors même s'il n'a pas un physique de basketteur ou de catcheur professionnel, méfiez-vous, il en fait des tas. Tennis, kendo et natation en club, yoga le reste du temps. Ça l'aide à canaliser sa mauvaise énergie, on ne va pas s'en plaindre. C'est sûr qu'il cache bien son jeu le gamin, en même temps il n'exhibe pas le fruit de ses entraînements ; il s'habille de façon décontractée, même en uniforme, avec des vêtements larges et confortables. En dehors des cours – ou il n'attache qu'à moitié sa cravate – on le verra le plus souvent en jeans et en t-shirt, sans oublier son fidèle sweat à capuche. Le tout accompagné d'un sourire narquois et d'une expression qui ne vous dira rien de bon si vous faites partie de ces gens qui ont l'air naturellement gentils (trop gentils), et donc "faibles".

En dehors de cela, vous ne considérerez probablement pas Kazuya comme le sale gosse qu'il est en réalité. Il a l'air cool, pas violent, il a de bonnes notes et mène un paquet d'adultes en bateau avec un comportement en apparence exemplaire... et pourtant, Kazuya, c'est le caïd de la cour de récré. Le mafieux en culottes courtes. Il ne deale pas des bonbons ou des pitchs, mais des infos. Sur tout. Mais surtout sur toi. Car Kazuya est passé maître dans l'art de la manipulation.

Pas bien impressionnant avec son mètre soixante-cinq et ses cinquante-huit kilos tout mouillés – génétique, quand tu nous tiens... – Kazuya compense par un esprit acéré et des paroles acerbes. Il ne supporte pas qu'on le prenne de haut et rabaisse les autres avant qu'ils ne le fassent. Parfois même sans qu'ils n'aient eu de mauvaises intention à son égard. C'est une manière comme une autre de se défendre. À cause de cela, on pourrait penser que Kazuya n'a pas beaucoup d'amis, mais c'est faux. Il a des tas de copains, parce qu'il sait manier les mots pour attirer les foules – et les garder à lui. Très jaloux, il ne supporte pas que ses amis s'éloignent et fera tout pour les retenir, quitte à devenir menaçant. C'est là qu'intervient sa plus grande qualité et son plus grand défaut.

Rôdé dans l'art du mensonge et des apparences, Kazuya est incapable de se dévoiler, du moins pas longtemps. S'il se montre sensible ou gentil avec quelqu'un, il va vite se sentir stupide et revenir à son masque de sadisme habituel. Enfin, celui qu'il emploie avec ses quelques cibles. Les faibles. Forcément, c'est plus facile. Avec ceux qui peuvent davantage se considérer comme "ses amis", pourtant, Kazuya se révèle sous un jour sympathique, gentiment railleur, parfois cynique, blagueur et protecteur envers ses proches. Même si ses idées malsaines reviennent en courant pour peu qu'il se sente en position de force. Il n'y peut rien, il aime trop se sentir respecté, admiré ou dans le pire des cas, craint. Il déteste sentir que quelque chose lui échappe. Surtout s'il veut vraiment ce quelque chose. Kazuya est un sportif, ne l'oublions pas ; la compétition et l'effort, ça le connaît. Il considère qu'on arrive à rien sans faire de sacrifices. Il ne recule devant rien pour obtenir ce qu'il veut, quitte à passer par des étapes peu agréables. Par exemple, se ridiculiser volontairement ou avoir l'air gentil devant quelqu'un qu'il déteste.
Il n'aime pas "les faibles", il déteste les chouineurs et, malgré lui, il les secoue pour leur montrer que la vie, c'est pas les bisounours et les arc-en-ciel. Même s'il nourrit parfois des intentions louables à leur égard, il finit vite par se lasser d'un comportement qu'il juge lâche. Se sentir supérieur à eux lui donne alors l'impression de valoir mieux qu'eux... ou de valoir quelque chose tout simplement. Il a en vérité une très mauvaise estime de soi, et cherche la confiance qu'il n'a pas dans le regard des autres, ou celui de sa sœur.

Son amour pour sa sœur jumelle est indéfectible et plus sincère que tout ce qu'il pourra jamais simuler. Il l'aime profondément et la protégerait de tout, quitte à se montrer envahissant. Il se rend bien compte qu'il essaye de la contrôler et de surveiller tous ceux qui l'approchent, mais il n'y peut rien ; il a trop peur qu'il lui arrive malheur. Alors impossible de laisser un seul mec s'approcher d'elle. Il sait comment sont les garçons à cet âge, hein, il est bien placé pour. Arrière bande de pervers !

Ce lien unique avec sa sœur, Kazuya refuse que d'autres le partagent. De près comme de loin. Ainsi, il a toujours été jaloux des autres jumeaux ou jumelles qu'il a pu rencontrer dans sa vie. Avoir un jumeau est exceptionnel, rend exceptionnel, pas question qu'on leur (lui) fasse de l'ombre ! Pas étonnant qu'il déteste la relation qu'entretiennent Seiichi Soma et son frangin. Qu'il déteste encore plus. Seiichi, c'est différent. Il l'aime presque trop. Alors il passe son temps à le torturer héhéhé. ♥️ Logique implacable du Kazuya.

Au final, Kazuya est toujours comme ça : incapable de se décider entre deux extrêmes, choisissant souvent le pire pour exprimer tout ce qu'il ne veut ou ne peut pas comprendre malgré sa grande intelligence.


behind the screen

Âge • la vingtaine
Pseudo • chocotte
Avatar • kano shuuya de kagerou project
Ville • Joker
Avis sur le forum • Fruits Basket   C'était mon premier manga... que de souvenirs ! *-* Le design est tout mignon, en accord avec l'univers.

FICHE PAR ROMANE



Dernière édition par Kazuya N. Kimura le Mer 17 Sep - 16:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


sôma lycéen
avatar


En savoir plus...
Âge: 16 ans
Malédiction: Rat
Profession: Lycéen

MessageSujet: Re: Kazuya •• on n'est pas à une bêtise près   Mer 17 Sep - 6:42

Bienvenue :D

Merci d'avoir pris mon scénario :)

J'adore ta fiche et j'ai hâte de rp avec toi ** même si Seiichi se cache derrière moi là *sors*




Merci à Jinx pour mon kit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


kyoya etudiante
avatar


En savoir plus...
Âge: 19 ans
Malédiction: Signe de la Biche
Profession: Etudiante

MessageSujet: Re: Kazuya •• on n'est pas à une bêtise près   Mer 17 Sep - 8:36

Ooooh. J'aime beaucoup, beaucoup le personnage ! =D Bienvenue sur le forum ! Bon courage pour ta fiche, si tu as quelques interrogations n'hésite pas !



Valentine ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


citoyen
avatar


En savoir plus...
Âge: 16 ans.
Malédiction: C'est quoi ça ?
Profession: Lycéen !

MessageSujet: Re: Kazuya •• on n'est pas à une bêtise près   Mer 17 Sep - 9:22

Merci beaucoup ! Je suis ravie que ma fiche vous plaise jusque là (c'est la faute de Kazuya, il m'inspire trop) et je vais faire de mon mieux pour la suite èwé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: Kazuya •• on n'est pas à une bêtise près   Mer 17 Sep - 11:35

Hello et bienvenu parmi nous ^^
Revenir en haut Aller en bas


citoyen
avatar


En savoir plus...
Âge: 16 ans.
Malédiction: C'est quoi ça ?
Profession: Lycéen !

MessageSujet: Re: Kazuya •• on n'est pas à une bêtise près   Mer 17 Sep - 16:03

Merci !

Ma fiche est terminée, j'espère qu'elle conviendra. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


sôma lycéen
avatar


En savoir plus...
Âge: 16 ans
Malédiction: Rat
Profession: Lycéen

MessageSujet: Re: Kazuya •• on n'est pas à une bêtise près   Mer 17 Sep - 16:16

Elle me convient parfaitement à moi :)

Encore merci d'avoir pris Kazu-chan **

On va bien s'amuser ensemble ** ou pas pour moi




Merci à Jinx pour mon kit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: Kazuya •• on n'est pas à une bêtise près   Mer 17 Sep - 16:30

Bienvenue o/
Revenir en haut Aller en bas


citoyen
avatar


En savoir plus...
Âge: 16 ans.
Malédiction: C'est quoi ça ?
Profession: Lycéen !

MessageSujet: Re: Kazuya •• on n'est pas à une bêtise près   Mer 17 Sep - 19:09

Merci !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


kyoya etudiante
avatar


En savoir plus...
Âge: 19 ans
Malédiction: Signe de la Biche
Profession: Etudiante

MessageSujet: Re: Kazuya •• on n'est pas à une bêtise près   Jeu 18 Sep - 0:09

    Moi aussi, j'ai beaucoup aimé ! ;) Rien à redire sur ta fiche, tu écris magnifiquement bien, pas de faute (ou alors il est si tard que je n'ai rien vu), un scénario parfait et un personnage bizarrement bien attachant. Toujours, avec les mauvais garçons ! ♥
    De fait, je te valide ! Bienvenue sur le forum, Kazuya :) Je m'en vais de ce pas te mettre ta couleur et ton rang. Tu peux dès à présent Rp et tout le reste !



Valentine ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Kazuya •• on n'est pas à une bêtise près   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kazuya •• on n'est pas à une bêtise près

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Techniques de Kazuya
» Kamenashi Kazuya ft. Himself
» Kazuya Aikawa
» Retour du Cartoonist
» Kazuya Takeda

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fruits Basket RPG :: Administration :: ★ Présentation :: ★ Fiches validées :: ★ Citoyens-