Ce forum est fermé, merci à tous pour cette incroyable aventure ♥

Partagez | .
 

 Pompote pompote... Oh une licorne ! [PV China]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


soma fonda
avatar


En savoir plus...
Âge: 26 ans
Malédiction: Chien
Profession: Ecrivain

MessageSujet: Pompote pompote... Oh une licorne ! [PV China]   Mar 20 Aoû - 5:27

Shigure n'avait pas dormi de la nuit. Pourtant il se sentait en pleine forme, il faut dire qu'il était plein d'inspiration, son roman avançait et allait être prêt avant le délai. Son rythme de vie était très spécial, il dormait quand il voulait, mangeait quand il avait faim, et prenait parfois soin de remettre ses pendules à l'heure pour pouvoir passer quelques moments avec ses trois gamins. Kyô, Yuki et Tohru avaient officiellement emménagés chez lui. Ça lui faisait de la compagnie, tout seul dans une si grande maison ça n'avait aucun intérêt. Et la petite Tohru (si mignonne au passage) était vraiment douée pour les tâches ménagères, ça lui permettait d'éviter de vivre dans un taudis.

Il marchait tranquillement dans les rues, en Kimono bleu foncé, à la recherche d'un restaurant de takoyaki. A 7h du matin il voulait déjà déjeuner, bizarre certes mais c'était une envie comme une autre. Il sifflotait en se demandant quel mauvais tour il allait bien pouvoir jouer au chat pour le mettre en rogne avant qu'il aille au lycée. Il était si facilement énervé, ça en devenait comique... Et puis ça faisait bien longtemps qu'il n'avait pas vu Ayamé, passer le voir dans son magasin serait une bonne idée. Rien qu'avec ce programme la journée risquait d'être longue.

Quand au loin, il ne put s'empêcher de remarquer cette jeune lycéenne (bah oui, les uniformes de lycéennes c'est sexy!). Mais ce qui le surprit ce fut sa couleur de cheveux. Rouge flamboyant. Naturel ? Certainement pas. Quoi qu'en y réfléchissant... Ses yeux aussi étaient rouges vif. C'était très étrange, il ne connaissait pas de Sôma maudit avec cette apparence là. Et il faut dire qu'il connaissait toute la famille. Peut être était-ce une Kyoya. Ou une fille cosplayée, il n'en savait que trop rien.

Il avait décidé de passé son chemin lorsqu'il se rendit compte qu'elle avait le teint vraiment blême. Elle semblait sur le point de s'évanouir. Et ils se trouvaient dans une rue bondée de monde. Quand bien même elle n'était pas maudite, il ne pouvait pas laisser une jeune fille tomber malade sous ses yeux & sans rien dire. Il se dépêcha d'aller à sa rencontre et la prit par le bras pour l'aider à rester debout. Il sentait qu'elle était à bout de force. Il prit un air soucieux. Après tout elle était très jeune, il ne pouvait s'empêcher de faire le rapprochement avec Kyo son petit protégé. Il se sentait responsable, et c'est pas peu dire venant d'un adulte aussi immature.

-Est ce que tu vas bien ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: Pompote pompote... Oh une licorne ! [PV China]   Jeu 22 Aoû - 11:59

Le soleil se lève à peine lorsque j’’ouvre les yeux, haletante. Encore un cauchemar, et pas un petit ! Je me redresse dans mon lit, tremblant légèrement et tire les rideaux de la fenêtre au dessus de mon lit. Je plisse les yeux, le soleil n’est pas haut dans le ciel mais il est déjà bien éblouissant. Je soupire, encore une journée qui commence mal ! Lorsque ce genre de cauchemar revient me hanter généralement je ne tiens pas toute la journée, déjà qu’en règle générale j’ai du mal mais alors là… Je fais valser ma couette et me dirige doucement vers ma salle de bain pour me passer de l’eau sur le visage. Je contemple mes mains. Elles tremblent, mais un peu plus que d’habitude. Je me regarde dans la glace le visage vide d’expression. Dis maman, pourquoi j’ai pas une santé comme tout le monde ? Voilà ce que je me suis souvent demandé. Je décide de prend une douche rapide puis de descendre dans la rue commerçante, un peu d’air frais me fera du bien.

Mes cheveux rouges humides tombent sur mes frêles épaules blanches comme une cascade de sang sur des rochers de chair. Même si ma peau a plus la couleur du papier que celle de la chair humaine. Je ne prends pas la peine de me coiffer et encore moins de me sécher les cheveux, il fait chaud ces temps ci, je ne risque pas d’attraper froid. Je me fais juste ma queue de cheval sur le côté, c’est un peu ma marque, je ne sors jamais les cheveux détachés. Je ne sais pas pourquoi, peut être parce que j’ai honte de ma coupe de cheveux que je reprends moi-même quand ça dépasse mes omoplates ? Je ne coupe pas très bien il faut l’avouer. Enfin, une fois tenue de lycéenne habituelle enfilée je sors et ferme la porte à clef. C’est parti pour la rue commerçante ! Après tout, j’ai largement le temps avant le début des cours…

Je marche depuis une bonne demi-heure maintenant et j’ai un peu la tête qui tourne mais je m’accroche. Je suis dans une rue assez bondée, je ne peux pas me permettre de me sentir mal. Car oui, là où n’importe qui de normal pourrait se permettre de s’effondrer dans la rue et de demander de l’aide au gens moi je ne peux pas, si je tombe dans les pommes maintenant je risque de me transformer en licorne en pleins milieu de la rue… Comment effacer la mémoire de tous ces gens ? Je ne sais pas et je ne préfère pas le savoir ! Je croise alors le regard d’un homme. Il est grand, il a les cheveux noirs et un air drôlement sympathique… En apparence. On dirait qu’il porte un masque… Je remarque alors qu’il me fixe avec insistance, ça se voit tant que ça que je tire sur la corde ?

Alors que ma vue se brouille une main agrippe mon bras. Surprise, je tourne la tête et reconnait immédiatement le visage de l’homme qui me regardait si intensément tout à l’heure. Sa main est chaude et grande comparé à mon bras fin et froid. Il prend une mine inquiète et me demande :

-Est ce que tu vas bien ?

Je le regarde sans rien dire un petit moment, je ne parle presque jamais. Je déteste ça. Car plus je parle plus on se moque de moi. Mais lui il a l’air gentil, je le regarde, l‘air faussement outrée. Je déteste qu’on me prenne comme une gamine. Je murmure donc, avec peine :

« ça va mieux. Merci de vous soucier de moi, monsieur… ? »

Je me rends compte qu’il ne connait pas mon nom et que je ne connais pas le sien. Mais il ne doit pas avoir envie de savoir le nom d’une jeune fille si inintéressante que moi. Une idée me vient à l’esprit et, d’un air neutre, je lui susurre à l’oreille :

« Vous êtes un maudit, monsieur ? »

[Désolé, un peu en retard :/]
Revenir en haut Aller en bas


soma fonda
avatar


En savoir plus...
Âge: 26 ans
Malédiction: Chien
Profession: Ecrivain

MessageSujet: Re: Pompote pompote... Oh une licorne ! [PV China]   Jeu 22 Aoû - 13:21

« ça va mieux. Merci de vous soucier de moi, monsieur… ? » Elle l'avait regardé bizarrement mais Shigure n'y prêta pas attention. Elle était étrange, intrigante. D'une beauté et d'une finesse sans pareil, cette jeune fille était unique en son genre il n'avait jamais vu personne qui lui ressemblait. Aucun produit d'aucune sorte n'aurait pu imiter la pureté de la teinte de ses cheveux. Elle n'était pas normale. Et ça n'était pas que à cause de ses yeux de sang... un peu angoissant... Il sortit de ses réflexions pour lui adresser un sourire qui ne laissait rien transparaître de son malaise, il était comme ça, son visage ne reflétant en aucun cas ses pensées ;

-Je suis Shigure Sôma et toi, comment tu t'appelles ?

Elle avait l'air vraiment faible, il fallait au moins qu'il l'accompagne chez elle ou alors qu'il appelle ses parents, elle devait se rendre dans un endroit plus sûr. Un endroit avec moins de monde, c'est vrai que se retrouver au milieu de tant de personnes pouvait s'avérer être étouffant. Et ça il était bien placé pour le savoir. « Vous êtes un maudit, monsieur ? ». Alors qu'elle se rapprochait de son visage pour lui murmurer ces paroles, il sentit son souffle lui chatouiller l'oreille et ces mots raisonnèrent étrangement dans son esprit. Il réalisa quelque chose qui le fit sursauter. Shigure l'avait presque tenu contre lui pour l'aider à se relever et ne s'était même pas transformé en chien... Il se mit à rire, il semblait tellement enclin à s'amuser de tout et pouvait tourner n'importe quoi à la dérision.

-Oooooh mais tu es une Kyôya ! Enchanté jeune fille, je me disais bien que tu étais spéciale.

Spéciale c'était une manière polie de ne pas dire bizarre, c'était comme ça qu'il qualifiait les maudits. Des bizarreries, des anomalies, des sortes de monstre. Il lui prit la main pour la serrer dans la sienne, une petite preuve de sa bonne volonté. Parce que leur deux familles étaient censées se vouer une haine sans limite. Mais lui, en avait quasiment rien à faire, il était toujours un peu à part de toute manière et n’obéissait pas à Akito étant donné qu'il avait ses faveurs.

- Non mais ces cheveux rouges par contre... c'est vraiment n'importe quoi ! Ajouta-t-il en partant dans un fou rire incontrôlable et moqueur.

Décidément cette malédiction n'était rien d'autre qu'une ch*euse, plus l'animal était originale et plus on se transformait en une sorte de clignotant, prêt à essuyer les insultes et autres remarques désobligeantes pour le reste de sa vie tout comme Hatsuharu ou Kisa. Être différent ça n'était pas facile tout les jours. Il tenta de se calmer tant bien que mal, les passants lui lançaient des regards noirs. Ils attiraient bien trop l'attention à présent. Il reprit son souffle, essuya ses yeux et la regarda d'un air attendrit.

-J'aimerais vraiment connaître ton animal !

Shigure le pervers refit surface et il la prit doucement dans ses bras (non sans être dans la délicieuse attente de se faire repousser, il adorait mettre les gens mal à l'aise). Evidemment que ça ne servait à rien vu qu'ils étaient maudits tout les deux mais ça valait bien la peine d'essayer.

-Enfin bon, suis-je bête, (il la lâcha et prit un air faussement désolée) une si jeune et jolie demoiselle ne mérite pas d'être traité de cette manière surtout quand elle est dans un état aussi faible, il faut que je t'amène te faire soigner.

Le chien lunatique récupéra un air à peu près sérieux.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: Pompote pompote... Oh une licorne ! [PV China]   Jeu 26 Sep - 11:04

L’homme qui vient tout juste de me sauver m’adresse un grand sourire qui me met, il faut bien l’avouer, assez mal à l‘aise. Je n’ai pas l’habitude que les gens se soucient de moi, et encore moins qu’ils m’accordent de l’attention. J’ai plutôt l’habitude de passer inaperçue, d’être invisible aux yeux des gens. C’est pourquoi j’ai tout de suite compris qu’il était comme moi. Quelqu’un d’anormal, quelqu’un de maudit, un monstre. Il me donne alors son nom :

-Je suis Shigure Sôma et toi, comment tu t'appelles ?

Shigure… C’est un beau nom. Je souris, chose assez rare chez moi. Un Sôma qui sauve une Kyôya. Belle ironie du sort, sachant que nos deux familles ne sont pas du genre à vraiment s’aimer. Ce serait même plutôt l’inverse. Mais comme il ne connait pas mon nom, il ne peut pas savoir que je suis de la famille opposée à la sienne. Il peut donc continuer à me sourire. Je prie pour qu’il ne le sache pas avant un moment. Il me verrait sans doute comme une ennemie, il est tellement gentil que je n’ai pas envie que ça arrive. Mais en lui demandant s’il était maudit il va sans doute s’en rendre compte… Je me mord la lèvre inférieure, j’aurais peut être du me taire, comme d’habitude.

-Oooooh mais tu es une Kyôya ! Enchanté jeune fille, je me disais bien que tu étais spéciale.

Ce qui devait arriver arriva. Il avait ri juste avant de me dire ça et je lui jetait un regard qui aurait fait pitié à n’importe qui. Je ne voulais pas qu’il me laisse encore, comme toutes ces personnes qui s’étaient approchées de moi et qui avaient fuient. Ou tout simplement qui avaient perdus la mémoire. C’est alors qu’il prit ma main et la serra dans la sienne. J’aurais voulu lui montrer à quel point cela me touchais et me faisais plaisir, mais comme à mon habitude rien ne réussit à faire changer les traits de mon visage. Ils restaient neutres, voir même froids, et je m’en veux terriblement de ne pas pouvoir influer là-dessus. Mais ce geste étaient-il un signal pour me montrer qu’il s’en fichait de mon nom de famille ? Je poussais un léger soupir, soulagée. Il reprit de plus belle :

- Non mais ces cheveux rouges par contre... c'est vraiment n'importe quoi ! Ajouta-t-il en partant dans un fou rire incontrôlable et moqueur.

J’aurais du me sentir vexée d’une telle remarque, mais je ne sais pas pourquoi j’eu plutôt tendance à trouver ça drôle de le voir rire comme ça. C’était une façon de mettre l’ambiance d’un côté, et de l’autre je savais bien que la couleur de mes cheveux étaient totalement dérisoire. Mais je n’y peux rien, c’est naturel ! Les passants commencèrent à nous remarquer et à nous jeter de drôles de regards. Je regarde alors le dénommé Shigure, personnellement moi je m’en fiche, mais peut être que lui y attache une certaine importance ? Il finit par se calmer et me lança un regard attendrit. Chose qui me trouble énormément et qui me force à détourner le regard. Normalement personne ne me regarde avec tant de tendresse dans les yeux.

-J'aimerais vraiment connaître ton animal !

Il me prit alors doucement dans ses bras. Qu’attendait-il de ma part ? Que je le repousse en criant qu’il était un pervers ? C’était me prendre pour une fille normale que d’espérer ça, ce que je ne suis pas ! Je m’enivre alors de l’odeur de cet homme qui, en seulement quelques minutes, a été si gentil avec moi. Il me lâche doucement peu de temps après, comme nous sommes maudits tous les deux ce geste était totalement inutile, mais fort agréable pour moi.

-Enfin bon, suis-je bête, (il la lâcha et prit un air faussement désolée) une si jeune et jolie demoiselle ne mérite pas d'être traité de cette manière surtout quand elle est dans un état aussi faible, il faut que je t'amène te faire soigner.

J’écarquille les yeux. M’amener me faire soigner ? Un sursaut me prend alors, pas question que j’aille à l’hôpital ! Je pourrais être sur le point de mourir que je n’irai pas ! Je reprend doucement mon calme et me contente de dire faiblement :

« Vous ne m’avez pas maltraité à ce que je sache. Pour votre information je suis maudite de la Licorne, d’où mon apparence… Surprenante. Et vous monsieur Shigure ? Vous avez l’air banal vous… Par contre je ne veux pas aller à me faire soigner ! J’ai toujours été faible de corps comme d’esprit, ce n’est pas la peine de m’emmener, je vous assure ! »

Moi qui déteste parler je suis bien obligée de me forcer un peu cette fois ci. Je ne remettrais plus jamais les pieds dans un hôpital ou quoi que ce soit du genre, c’était mon quotidien étant enfant, et je me suis promis de ne plus y mettre un seul pied. Je déteste avoir à concéder la fragilité de mon corps mais il est vrai que, étant maudite de la Licorne, j’ai une santé très fragile et je me doit de la préserver. Mais, comme je suis insignifiante, ce n’est pas la peine de prendre soin de moi.

« Et puis de toute façon personne ne m’attends, alors pourquoi prendriez vous soin de moi ? Je n’ai personne, je ne compte pour personne, c’est bien pour ça que malgré ma fragilité due à ma malédiction je ne prend pas plus soin que ça de moi… Je réalise alors que je réduit la gentillesse de cet homme à néant et me reprend, Mais c’est très gentil à vous de vous soucier de moi monsieur ! Vous êtes le premier à le faire depuis longtemps, ça me touche. »

[Désolée du gros retard >.<]
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Pompote pompote... Oh une licorne ! [PV China]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pompote pompote... Oh une licorne ! [PV China]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» China, Taiwan and the Haitian Earthquake
» Hymne pour la Licorne ou gros delire fievreux de ma part...
» Ombre de la Licorne vue par la Chine
» La licorne et la jeune fille…
» la licorne arrivé au temple du scorpion.(libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fruits Basket RPG :: La ville :: ★ Rue commerçante-