Ce forum est fermé, merci à tous pour cette incroyable aventure ♥️

Partagez | .
 

 Tenisu no Ōjisama | PV Suzuki-senpai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


citoyen
avatar


En savoir plus...
Âge: 16 ans.
Malédiction: C'est quoi ça ?
Profession: Lycéen !

MessageSujet: Tenisu no Ōjisama | PV Suzuki-senpai   Mer 8 Oct - 19:27

Cette journée avait très mal commencé. Kazuya avait accompagné sa mère et sa sœur en ville pour faire les boutiques et il était d'une humeur massacrante. Même Kane-chan, habituellement peut portée sur le shopping, profitait des soldes pour faire le plein de vêtements, de musique et d'autres trucs qu'elle aimait bien. Kazuya était dégoûté. Mais quand on habitait à l'extérieur de la ville et qu'on n'avait pas le permis, on ne faisait pas son difficile un samedi après-midi.

– Je m'ennuie, Kane-chan. On rentre ?
– Arrête de geindre.
– Mais...
– J'ai pas fini.
– Humpf. Je vais faire un tour.

Kazuya concédait beaucoup de choses à sa sœur. Il laissa les deux femmes de la maison tourner en rond dans les boutiques en regardant sa montre : à vue de nez, il avait au moins deux bonnes heures devant lui avant de récupérer son taxi ! Songeant qu'elles pourraient toujours lui envoyer un message si elles le cherchaient, il prit la direction du parc. C'était une belle journée, paradoxalement à son humeur massacrante, alors il y avait vraiment beaucoup de monde. Des familles avec leurs enfants remplissaient les places de jeu, des gens promenaient leur chien et les plus sportifs faisaient du vélo, du roller, ou s'entraînait sur le terrain de tennis. C'est là que Kazuya se dirigea. Et il avait déjà une raquette.

Vous pensez bien qu'il n'avait pas fait les magasins pour rien, hein ! Il en avait profité pour s'acheter une nouvelle raquette de tennis, la dernière s'étant malencontreusement fracassée sur le sol après un match qu'il avait perdu après de longues heures d'agonie et d'humiliation (dans sa tête). Sa housse sur l'épaule et une balle dans la main, le lycéen s'approcha du terrain dans l'idée de s'entraîner contre le mur, mais il était déjà occupé. Kazuya s'arrêta derrière la grille et observa les deux joueurs. Un gringalet qui devait avoir son âge et... LUI.

Le lycéen s'accrocha au grillage comme un lion en cage qui aurait vu passer une gazelle échappée du zoo. CE MEC. C'était quoi son nom, déjà ? Ce type était nouveau dans son lycée, dans une classe supérieure à la sienne. Et il jouait... il jouait véritablement bien au tennis.
Ce n'était pas flagrant là tout de suite puisque son adversaire jouait vraiment comme un pied (ou avec ses pieds, ce qui expliquerait beaucoup de choses), mais Kazuya, en grand amateur de tennis, savait que CE MEC avait du potentiel.

Malheureusement pour les quelques personnes qui s'étaient arrêtées pour voir le match, il ne le mettait pas en valeur. Kazuya serra presque les dents jusqu'à la fin. Pathétique. Quand le match fut terminé, il laissa à l'adversaire le temps de sortir – le gratifiant d'un regard hautain – pour entrer à son tour sur le terrain et héler son senpai :

– Hé, toi là ! Fais une partie contre moi !

Le ton autoritaire est en option. Conscient qu'il avait l'air un peu malpoli et que plusieurs personnes le regardaient, il décrocha la sangle de la housse de son épaule et ajouta, avec un petit sourire provocateur :

– Je suis Kimura Kazuya, et je m'ennuie. J'ai vu ton match, c'était pas génial. Tu ne voudrais pas un adversaire à ta hauteur, plutôt ?


Dernière édition par Kazuya N. Kimura le Lun 13 Oct - 15:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


citoyen
avatar


En savoir plus...
Âge: 18 ans/
Malédiction: -
Profession: Lycéen et Mannequin

MessageSujet: Re: Tenisu no Ōjisama | PV Suzuki-senpai   Jeu 9 Oct - 18:44

Suzuki Tetsuya, fils cadet de la famille Suzuki, était en train de regarder par la fenêtre de sa chambre. Le jeune homme que nombre de demoiselles qualifieraient de sexy avait un air songeur plaqué sur son visage androgyne. Sa joue reposait sur le dos de sa main alors que son coude était appuyé contre le rebord intérieur de la fenêtre. En ce mercredi après-midi il n'avait pas cours et il ne savait pas quoi faire. Il avait déjà terminé ses devoirs n'en ayant pas beaucoup. L'avantage d'être arrivé peu de temps auparavant à Tokyo et donc dans son nouveau lycée.

Après avoir réfléchi encore un peu le lycéen en dernière année se leva et sortit de sa chambre. Il descendit alors les escaliers et ouvrit la porte de la cuisine attirant sur lui le regard de son père et... de son beau-père. Celui qui ose faire une remarque déplacée gare à lui. Enfin continuons si vous le voulez bien. Tetsuya en bon fils modèle s'assura que les deux adultes n'auraient pas besoin de lui pour une raison quelconque, notamment la garde de ses deux cadets, pendant les heures qui allaient suivre et les prévint de son intention de sortir quelques heures car il s'ennuyait ferme.

Après avoir obtenu leur accord il retourna au vestiaire de la grande et élégante maison de son beau-père et enfila sa veste ainsi que ses chaussures. Il sortit enfin de la grande maison et de la propriété. Les mains dans les poches de son élégant pantalon blanc il avait sur le dos un grand sac de sport qui contenait ses raquettes et ses balles de tennis. Avec un peu de chance il trouverait un adversaire à sa hauteur. A vrai dire il quittait rarement ses affaires de sport. On ne savait jamais. La plupart du temps ses adversaires étaient trop faibles pour se révéler intéressants, mais parfois il tombait sur un joueur plus expérimenté et plus dangereux que les autres.

Et Tetsuya adorait jouer contre de tels adversaires. L'adrénaline qui coulait alors dans ses veines, les frissons qui le parcourraient, l'envie de gagner à tout prix, d'écraser son adversaire il n'y avait rien de plus jouissif. Car oui le Suzuki était un compétiteur né. Et comme il ne se pardonnerait jamais de rater l'occasion de jouer contre un adversaire digne de ce nom il prenait ses affaires de jeu avec lui à chaque fois que c'était possible. Cela aurait été bête de tomber par hasard sur une personne capable de lui tenir tête et de devoir refuser un éventuel défi n'est-ce pas ? Un sourire amusé se dessina sur les lèvres de Tetsuya alors qu'il ouvrait légèrement ses magnifiques yeux bleus. Son instinct lui disait qu'il faisait bien d'emporter ses affaires une fois encore... Et si c'était vrai il avait hâte d'y être ma foi.

Agacé Tetsuya fixa son adversaire avec mépris. Ce joueur l'avait pris de haut et l'avait défié quelques temps plus haut arguant qu'il réussirait à le battre. Malgré son arrivée récente le cadet Suzuki s'était déjà hissé dans le quartier une réputation de joueur de tennis de grand niveau. Et cela ne plaisait pas à tout le monde visiblement. Après tout pour les types du genre de son adversaire du jour il n'était qu'un étranger. Et il n'avait donc pas sa place ici. Il n'avait pas à écraser tout le monde. Tch. Ce genre de comportement cela le mettait hors de lui. Tout le monde était sur un pied d'égalité. Qu'il vienne d'une autre ville n'avait aucune importance. Il ne trichait pas au contraire il était toujours d'un fair-play surprenant une fois sur le terrain. Il était juste fort. C'était tout. Les forts gagnaient et les faibles perdaient. Et c'était comme ça depuis des temps immémoriaux. Il n'allait pas s'excuser de gagner parce qu'il était plus fort que ses adversaires. A vrai dire depuis son arrivée à Tokyo il n'avait encore jamais rencontré d'adversaire à sa hauteur et cela commençait à sérieusement l'agacer.

Une fois le match terminé Tetsuya ignora son adversaire qui était tombé sur les fesses et qui tentait de reprendre son souffle pour aller chercher ses affaires. Il rangea sa raquette et ses balles, sortit une serviette et une gourde remplie d'eau. Après s'être essuyé le visage et avoir bu quelques gorgées fraîches il posa la serviette sur ses cheveux et s'approcha de la sortie son sac sur l'épaule. Une fois dehors il se tourna vers l'adolescent qui l'interpellait et le toisa avec une expression indéchiffrable.

Rah... Pourquoi maintenant sérieusement ? Il était fatigué, non pas à cause du match médiocre, mais à cause de la faiblesse de son adversaire et n'avait qu'une envie rentrer chez lui prendre une douche pour se calmer. Et peut-être passer du temps avec sa famille pour se détendre. Après tout il n'y avait que son père, son beau-père, ses frères et sa soeur qui arrivaient véritablement à le faire sourire sincèrement. Mais non il fallait que ce morveux le défie d'un air aussi déterminé. Et d'ailleurs à ce stade ce n'était pas seulement un défi. Mais une provocation. Surtout qu'avec son sourire supérieur et ses paroles il semblait parfaitement sûr de lui. Intéressant... Un adversaire à sa hauteur hein ? Amusant. Un sourire apparut sur les lèvres fines de Tetsuya. Un sourire presque effrayant. Un sourire qui aurait pu ficher la frousse à n'importe qui. Surtout que ses yeux légèrement ouverts étaient tout aussi de mauvais augure.

- Un adversaire à ma hauteur dis-tu ? Et où est-il dis-moi ? Je ne vois qu'un gamin moi. Allons ne te fâche pas je plaisantais. C'est d'accord voyons ce que tu sais faire, Kimura-kun.

Il observa encore quelque instants son cadet avant de hausser légèrement un sourcil. Il lui semblait avoir déjà vu le garçon, mais sans plus. Après tout il avait croisé tellement de monde depuis son arrivée... Il ne pouvait pas retenir tous les visages et tous les noms. Du moins quand ils ne méritaient pas ou n'avaient rien fait pour lui prouver le contraire. Et si Kazuya-kun avait raison d'être aussi sûr de lui alors peut-être que Tetsuya finirait par retenir son nom. La journée allait peut-être finir par être intéressante en fin de compte.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


citoyen
avatar


En savoir plus...
Âge: 16 ans.
Malédiction: C'est quoi ça ?
Profession: Lycéen !

MessageSujet: Re: Tenisu no Ōjisama | PV Suzuki-senpai   Lun 13 Oct - 15:45

Kazuya était prêt à attraper sa raquette et à défier son senpai. Mais pour l'heure, c'est du regard qu'ils se défiaient, se jaugeant mutuellement. Enfin, son aîné réagit. Il sourit et Kazuya ne put s'empêcher de se demander, pendant une seconde, s'il avait eu une bonne idée. Mais il était trop tard pour reculer. Se défiler maintenant ? Pas question ! Il se battrait jusqu'au bout, même s'il devait perdre ! L'abandon, c'était pour les lâches et les perdants. Il n'y avait pas de honte à perdre après un beau match. C'était ce que se disait toujours Kazuya pour se rassurer, mais il restait très mauvais perdant.
Enfin, en attendant, son senpai n'avait encore rien accepté. Le cadet soutint son regard sans ciller, une expression résolue sur son visage. Mais son petit sourire satisfait s'effaça à la réponse de son adversaire :

– Un adversaire à ma hauteur dis-tu ? Et où est-il dis-moi ? Je ne vois qu'un gamin moi.

Qui est-ce que tu traites de gamin, sale asperge prétentieuse ? Kazuya ouvrit la bouche pour répliquer, les sourcils froncés et les poings déjà serrés, prêt à défendre son honneur. L'avait-il insulté ? Absolument pas ! Bon, il avait sous-entendu que son match était minable, mais ce n'était pas lui qu'il traitait indirectement de minable. Kazuya prit une brève inspiration en jetant un regard derrière lui. Il allait attirer l'attention... Calme-toi. Heureusement, l'autre ne lui laissa pas le temps d'exprimer sa colère.

– Allons ne te fâche pas je plaisantais. C'est d'accord voyons ce que tu sais faire, Kimura-kun.

Ça se voyait tant que ça ? C'était bien parti... Kazuya ravala sa fierté chiffonnée et sourit devant l'air presque interrogateur de son nouvel adversaire. Se souvenait-il de lui ? Peu probable. Après tout, ils ne s'étaient jamais adressé la parole auparavant, et Kazuya Kimura ne s'était présenté qu'à moitié. Son aîné ne connaissait que son nom. Il connaîtrait bientôt son niveau, et pourquoi il ne devait pas le sous-estimer. D'ailleurs, lui aussi, il devait réentendre son nom pour le mémoriser. S'il lui offrait un beau match. Il se dirigea vers l'autre bout du terrain pour aller poser ses affaires, marqua une pause à mi-chemin et lui dit, sans se retourner :

– Ne me sous-estime pas, d'accord ? Ça nous facilitera les choses.

C'était trop la classe. Comment ça, trop d'amour-propre ? Ouais ben allez le dire à ceux qui se font marcher sur les pieds parce qu'ils n'en ont pas assez ! Kazuya s'entraînait peut-être – sûrement – à prendre la pose devant son miroir, mais ça en valait vraiment la peine, il pouvait se payer des petites scènes théâtrales comme celles-là. Il se retourna complètement vers l'opposé du terrain et sourit pour lui-même, tout fier. Il aimait mieux commencer un match content de lui plutôt que sous l'influence de la petite pique de son adversaire. Il posa ses affaires sur un banc, sortit sa raquette et enleva sa veste à capuche pour rester en t-shirt.

En revenant au centre du terrain, Kazuya avait retrouvé une totale confiance en lui. Il fit quelques mouvements dans le vide pour éprouver la résistance et le son que faisait sa nouvelle raquette contre l'air et hocha la tête pour lui même. Puis il fit signe à son adversaire qu'il le laissait commencer, honneur aux anciens, et le gratifia d'un petit sourire narquois :

– Ne retiens pas tes coups parce que je suis plus jeune que toi, senpai. Je ne le ferai pas, alors ça serait dommage que tu perdes par "gentillesse".

Son air supérieur disparut alors qu'il se penchait dans un salut poli. Aussi sérieux qu'à l'entraînement, le fils Kimura prit sa position de départ, genoux pliés, prêt à sauter d'un côté ou de l'autre pour réquisitionner le premier service. Il serra le manche de la raquette entre ses mains dans une poigne souple mais ferme. Il l'attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


citoyen
avatar


En savoir plus...
Âge: 18 ans/
Malédiction: -
Profession: Lycéen et Mannequin

MessageSujet: Re: Tenisu no Ōjisama | PV Suzuki-senpai   Dim 19 Oct - 11:51

Tetsuya avait toujours aimé lire dans l'esprit des gens. Les déchiffrer, les décrypter. Chaque être humain était différent. Comme les livres certains étaient intéressants et d'autres carrément ennuyants. Et au fil des années il était devenu un expert dans ce domaine. Car oui déchiffrer l'esprit de chacun, les secrets de chaque être humain, arriver à lire dans leurs cœurs, dans leurs âmes et viser juste n'était pas donné à tout le monde. Il fallait un sacré bon sens de l'observation et détenir certaines cartes. Le lycéen avait un véritable don pour cela. Et c'était presque un de ses passe-temps favoris. L'esprit humain était après tout si fascinant.

Du moins pour certains. Car il ne perdait pas son temps avec les esprits simples et inintéressants. Certains n'étaient tout simplement pas dignes de son intérêt. Après tout il n'était pas n'importe qui. Oh cela faisait certes très arrogant, mais c'était la stricte vérité. Depuis plusieurs années maintenant il était connu non seulement dans le monde de la mode, mais aussi dans celui du sport et peut-être même dans celui de la musique. Il excellait dans tout ce qu'il entreprenait ce n'était donc pas étonnant. On parlait de lui dans les magazines, sur internet. Cette notoriété n'était pas désagréable même si elle pouvait parfois être gênante. Mais Tetsuya aimait cela, cela le sortait de sa routine, de ses sombres pensées de quand il songeait à sa défunte mère. Et puis se savoir admiré ne faisait que flatter son égo.

Il ne fallait pas se leurrer l'être humain était doté de nombreux défauts et il ne faisait pas exception à la règle. Au fond de lui il était le premier à savoir qu'il était loin d'être parfait. La perfection n'existait pas dans ce bas-monde. Si tous ceux qui l'admiraient, dans son entourage proche comme sa famille ou ses amis comme dans celui plus éloigné de ses admirateurs, le connaissaient vraiment ils tomberaient sans doute de haut. De très haut. Lui parfait ? Ne nous faites pas rire. S'il avait vraiment été parfait il aurait vu la maladie de sa mère, il aurait pu l'aider, la sauver. Il l'aurait empêchée de mourir, de les abandonner. Il aurait réussi à empêcher son petit-frère et sa petite-soeur de pleurer. S'il avait été parfait il ne se sentirait pas aussi seul. Non décidément la perfection n'existait pas...

Cependant cela ne l'empêchait pas d'être excellent dans tout ce qu'il entreprenait. Parfois il aurait aimé perdre. Mais ce n'était pas possible. Il devait gagner. Etre le meilleur. Tout le temps. Pour sa mère. Pour son père. Pour ses frères et sa soeur. Il devait leur prouver qu'il serait toujours fort, toujours là. Et cette immense responsabilité pesait sur ses épaules bien plus que ce que le commun des mortels oseraient imaginer. Sortant de ses sinistres pensées le joueur esquissa un sourire en coin l'espace d'un instant en entendant les paroles de son cadet.

Ne pas le sous-estimer ? Allons. Il ne sous-estimait jamais ses adversaires. S'il y avait bien un domaine dans lequel il était sérieux c'était bel et bien le tennis et la compétition en général. Ce n'était juste pas sa faute si la plupart de ses adversaires n'étaient pas à sa hauteur. Ce gamin n'allait pas tarder à regretter amèrement de l'avoir défié. Il n'était pas de très bonne humeur et cela allait se retourner contre lui.

Le pauvre. Il allait apprendre à ses dépends que Suzuki Tetsuya était plus qu'un simple joueur de tennis. Sans un mot Tetsuya se rendit sur le terrain et se prépara toujours en silence. Attrapant sa raquette et ses balles il essuya son visage couvert de sueur - il faisait vraiment chaud aujourd'hui - avec sa manche et se mit en position pour servir. Avant cela il fixa son cadet avec attention cherchant une nouvelle fois à lire en lui.

Il n'allait pas laisser sa mauvaise humeur lui faire perdre ses moyens. Avant toute chose il devait apprendre à connaître son adversaire. Après tout il ne pouvait pas savoir en avance de quoi il était capable. Cette assurance, cette confiance en soi, n'étaient peut-être pas simplement exagérées. Si elles étaient réelles, s'il avait raison de les avoir il devrait faire attention. Il n'avait pas l'intention de perdre, mais il n'avait pas non plus l'intention de gagner facilement.

Un vrai défi cela faisait trop longtemps qu'il l'attendait. Et son instinct lui disait qu'il l'avait enfin trouvé. Intéressant... Un sourire, pour la première fois de la journée, sincère se dessina sur ses lèvres. Peut-être que ce gamin allait pouvoir rallumer la flamme qui brillait en lui autrefois. Celle qui s'était éteinte après la mort de celle qui l'avait aimé et qu'il aimait par dessus tout. Celle qui brûlait en lui de façon brûlante et qui le faisait se sentir vivant. Oui peut-être que Kimura Kazuya serait celui qui rallumerait cette flamme... Qui sait.

Jetant la balle dans les airs Tetsuya la suivit des yeux avant de la frapper avec les cordes de sa raquette l'envoyant dans un coin particulièrement difficile. Son regard se posa sur son adversaire pour le suivre alors que son corps était prêt à réagir à l'instant où la balle revenait. Il était sérieux dès le début.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tenisu no Ōjisama | PV Suzuki-senpai   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tenisu no Ōjisama | PV Suzuki-senpai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Superbe Kit déco Suzuki GP pour le Roi ???
» A vendre Suzuki (cause : blessure)
» Yoko Suzuki
» senpai notice me ; oxyde
» Notice me senpai ! [PV Yoite]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fruits Basket RPG :: La ville :: ★ Parc & Forêt-